Louis sans Terre dit l’Orphelin

Louis sans Terre ou les introspections d’un espion

Louis sans Terre dit l’Orphelin sait qu’il va mourir, dans un combat contre l’envahisseur, ou assassiné dans une sombre impasse de Perpignan ou d’ailleurs, ou poignardé sur sa paillasse. Ou sur le bûcher, comme un hérétique, anonymement, sans considération aucune.

LOUIS SANS TERRELes évènements relatés se sont produits au cours de l’année 1285, principalement en Roussillon et en Catalogne. Comme un chroniqueur l’aurait fait, il rapporte l’histoire, jour après jour, de ce que notre héros a vécu comme chef du service d’espionnage du Roi Pierre III d’Aragon, résistant à la France de Philippe III le Hardi et au Roussillon de Jaume II de Majorque dans une croisade fratricide entre chrétiens prêchée par le Pape Martin IV.

Déployant toute son énergie à la cause qu’il défend, il est toutefois perturbé par des sentiments contradictoires :

D’abord la quête de son identité : qui est-il ? Quelles sont ses origines ? Quel est son vrai pays, celui où il a ses racines !

Il est ensuite préoccupé par la finalité de sa vie : A quoi sert-il ? Est-il toujours en conformité avec l’image qu’il souhaiterait avoir de lui-même ? Parce-que parfois, voyez-vous, ses actes ne sont pas toujours avec ses pensées !

Et enfin, il est en quête de bonheur. Les brefs contentements ne lui suffisent plus.

Un espion qui tombe amoureux commet une faute professionnelle rédhibitoire. Et elle est belle, Emeline !

Alors, finalement, il se résigne à son sort, presque sans en vouloir à quiconque !

L’auteur rend hommage à ces hommes et ces femmes de 1285 qui ont contribué, dans l’anonymat, à ce que Roussillon et Aragon soient finalement  vainqueurs de la barbarie Française.