L’espion catalan

Les évènements relatés  se sont produits en cette année de 1285, principalement en Roussillon et en Catalogne. Ils rapportent l’histoire, jour après jour, comme certains chroniqueurs contemporains de l’époque l’ont fait, de ce que notre héros a vécu comme chef du service d’espionnage du Roi Pierre III d’Aragon, résistant à la France de Philippe III le Hardi et au Roussillon de Jaume II de Majorque dans une croisade fratricide entre chrétiens prêchée par le Pape Martin IV.

Il faut dire que l’époque est troublée : le Roussillon est l’objet de nombreuses convoitises car le pays est riche. Le Pape, qui  espère l’extermination finale des Cathares, excommunie à tour de bras. Les inquisiteurs règnent en Occitanie et une guerre sans merci se prépare entre le royaume d’Aragon et le royaume de France.

Louis sans Terre, dit « l’orphelin », est à la recherche de son identité. Il a la plante du pied tatouée d’une fleur de lys, ce qui ne l’empêche pas de mettre ses talents d’espion au service du roi d’Aragon plutôt qu’à celui du roi de France. Et son chemin croise Emeline, qui  est une très belle femme…

Finalement, Aragon et Roussillon triompheront des Français et Louis sans Terre saura enfin d’où il vient. Pour le reste…

Dans ce récit pittoresque, l’auteur aborde un aspect méconnu de l’histoire de la Catalogne à la fin du XIIIe siècle, à travers le prisme original d’un auxiliaire aussi secret que précieux des grands de ce monde : l’espion.